ARTISTES 2015

Découvrez dans cette rubrique les artistes qui seront présents dans l’édition 2015 du festival  

Niño De Elche

nino_de_elcheok_ Francisco Contreras Molina, plus connu sous le nom de Niño de Elche, est, comme son nom l’indique, originaire de cette petite ville du Levant connue pour sa palmeraie. A 15 ans, décidé à devenir cantaor, il quitte sa province pour Séville et la fondation Cristina Heeren. Il y apprend la technique vocale avec Calixto Sanchez. Et depuis, il explore le cante flamenco, sans répit. Mais son univers est vaste comme le monde et il développe une passion pour la poésie. Le cantaor, qui vient d’avoir 27 ans, est un grand admirateur des « cantautores » (auteur-interprète) Paco Ibanez ou Leonard Cohen et ne déteste pas des groupes rock comme Metallica. Humaniste, éclectique, engagé, Niño de Elche aborde le flamenco comme une culture en soi et un langage qui lui est propre, c’est la raison pour laquelle il adapte et chante les grands poètes espagnols. On a pu le voir et l’entendre au dernier festival de Nîmes aux côtés de Laura Vital et Rocio Marquez dans le spectacle étonnant et passionnant « Convivencias », que proposait le guitariste Manolo Franco. Aujourd’hui, Niño de Elche est considéré comme l’étoile montante au firmament du cante masculin. Même si ce chanteur est souvent en France, c’est toujours patr’as (acompagnement de la danse). Flamenco en France vous invite à le découvrir pal’ante (en récital). VIDEO  

Raul Cantizano

raul 2   Originaire de Séville, diplômé des Beaux-Arts, Raul Cantizano se lance dans le flamenco après plusieurs années d’études et de recherches dans le domaine des musiques expérimentales. Aujourd’hui l’un des guitaristes flamencos les plus reconnus de la scène sévillane, il garde à coeur le désir de croiser les esthétiques et les disciplines avec, par exemple, la création d’un spectacle («Bulos y Tanguerias», croisant flamenco, poésie, et performance théâtrale. VIDEO ERROBIKO 2014    Chloé Brulé marcos_vargas_chloe_brule1-658x320   VIDEO Chloé Brûlé avait effectué ses études en danse classique à l'École de danse supérieure du Québec quand elle a été frappée d'un sérieux coup de foudre pour le flamenco. Un coup de coeur assez intense pour qu'à 19 ans, elle décide de quitter famille et amis pour aller étudier son art à Madrid. C'est dans la capitale espagnole qu'elle en a appris tous les rudiments, avant d'être attirée par un autre coup de coeur, cette fois pour la ville de Séville, berceau du flamenco. «Le flamenco a été pour moi une révélation artistique, pour la force de l'expression, le rythme, les poussées, les crescendos d'intensité, le contact fort avec le sol et toute cette liberté du corps», décrit-elle. «Je savais déjà que je n'allais pas devenir une danseuse classique professionnelle. J'avais besoin d'autre chose. Le flamenco, c'est très intense, très ancré dans le moment présent, c'est un peu une manière de définir la vie, de se lancer des défis et de se mettre en position de risque.» Extrait du journal le noveliste  Linda Corbo  

 SAN SALVADOR

Le choeur de la Corrèze ardente, avec un bal à la voix enflammé   VIDEO

DP1

Formation intégralement vocale, San Salvador, a entrepris depuis plusieurs années un travail de recherche artistique autour de la polyphonie.

S’intéressant davantage, à une forme de renouvellement (détournement) poétique des musiques traditionnelles et du monde, plus qu’ à l’expression d’un « folklore authentique », d’un patrimoine soi-disant « sauvegardé », la musique de San Salvador circule, au contraire, entre les cultures et les univers musicaux.

S’appuyant essentiellement sur un travail de composition original, San Salvador entend plutôt partir à la recherche d’un folklore imaginaire. «La Grande Folie», nouvelle création 2015, poursuit en ce sens cette démarche. Ici, l’accent est mis sur la recherche d’une musique vocale très acoustique et sur un nouvel équilibre des timbres (féminin et masculin). Essentiellement chantés en Occitan, les nouvelles compositions utilisent les motifs, tantôt rugueux ; tantôt délicats, de la langue comme instrument rythmique. Le travail harmonique insiste quant à lui sur un contraste des couleurs et des ambiances pour inventer une polyphonie hétéroclite.

     

Beñat Achiary

jeudi526-3

Pour faire le portrait d’un Beñat par Diane Gastelu Citizen jazz Peindre d’abord une page avec une porte ouverte… peindre ensuite quelque chose de beau. Quelque chose de simple : cinq lettres. B… pour basque. Le point de départ, le port d’attache sans lequel il n’est pas de voyage. Beñat Achiary, voyageur de l’humain, nous dit ceci : une langue ou une culture, comme la terre, on l’hérite de ses parents, mais on l’emprunte à ses enfants. Être porteur d’un héritage c’est le faire vivre. Ce n’est pas le mettre sous cloche : il moisirait. C’est le frotter aux autres, au risque de le griffer parfois. Ouvrir grand les portes et les fenêtres, même s’il y a du vent. Surtout s’il y a du vent. E… pour être. Chanter – nous parlons bien de chanter-, c’est être. Le chant n’est pas source de vie, il est la vie même, plus intense quand elle jaillit dans une voix. Il n’y a pas un corps et une âme, il y a le chant qui exprime tout : le bonheur, la colère, l’amour, le rire… de la matière triviale de nos vies, le chant seul sait faire sortir la beauté. Etre le chant, chanter l’être : dépouiller les conventions, ne garder que le sens. Ñ… pour la frontière absurde, pour l’autre bord si proche qu’il n’est pas un autre bord, et pour Lorca, grand frère assassiné. Ñ le signe d’identité que les amis espagnols ont dû imposer sur leurs claviers, et qui se cache, sur les nôtres, derrière une combinaison ésotérique de chiffres et de signes. Ñ au centre des cinq lettres, comme un yin-yang discret, balance instable, équilibre sans cesse rétabli. A… pour art, parce qu’il n’est d’art sans humains, ni d’humanité sans art. La beauté : la revoici. Des bisons d’Altamira, de la flûte d’Isturits à la danse contemporaine, de René Char au cante jondo, de l’improvisation libre au butô : une seule humanité, une seule beauté au bout du compte, et une infinité de formes d’art. Pourquoi s’en tenir à une seule ? T… qui sonne à la fin comme un élan vers l’autre, comme une apostrophe. T comme travail : combien d’efforts pour que paraissent faciles les prouesses vocales de Beñat Achiary ? Combien d’essais et d’erreurs pour sauter sans faux-pas du répertoire traditionnel au contemporain, croiser le fer avec un rappeur, improviser un duo percussions-voix ? Pour passer sans rupture d’un chant harmonique de gorge à un pianissimo en voix de tête, pour exprimer en quelques minutes et sans paroles la fraternité, la douceur et la furie ? L’élégance de l’artiste consiste à nous faire oublier son travail et à ne nous livrer que la beauté. Sachons voir derrière les apparences ! Diane Gaztelu pour Citizen jazz    

 Julen Achiary

  Il joue un riche ensemble de percussions, qui réunit les congas et cajones afro-cubains, les toms et la grosse caisse du jazz, les métaux des cymbales… Les mains, les baguettes, tout son corps réveillent les rythmes basques, kongos, yorubas, conduisent à des improvisations qui en exaltent les sucs et invitent aux voyages poétiques entre les musiques. Et il chante… dévoilant des facettes nouvelles de sa voix. Les « basa ahaide » réclament du souffle, de la force calme et profonde, de l’audace vers les cimes. Son chant sait aussi être tendre et rêveur, sa voix atteint alors des finesses extrêmes. Elle s’ensauvage dans la science et la sève des chants yoruba et leurs rythmes savants implacables… virevolte dans les sonorités pygmées. Site internet   Maddi Oihenart 

dimanche-1

Bercée aux sonnailles des troupeaux, c’est dans la province de Soule qu’elle grandit, à l’écoute de la respiration du pays. Aujourd’hui, chanteuse a capella ou entourée de musiciens, elle interprète le répertoire traditionnel de sa vallée, mais aussi les créations actuelles de nombreux auteurs qui l’environnent. Maddi aime à croiser l’autre dans un désir de découverte, d’écoute, d’échange, et ce avec de nombreux artistes d’horizons divers : Mixel Etxekopar, Mixel Arotze, Kent Carter, Josexo Goia, Sylvain Luc, Kepa Junkera, Lokua Kanza… Maddi porte dans son chant toute l’authenticité de la terre basque dont elle est aujourd’hui l’une des plus belles voix. Une vidéo  

Bastien Fontanille

Bastien Fontanille Musicien touche-à-tout, il multiplie les expériences musicales aux influences diverses, mettant à contribution tantôt la vielle à roue électro-acoustique, tantôt l'accordéon, la mandoline, le hautbois, les percussions brésiliennes...

Didier Lasserre

90299623_o Loin des académismes, sectarismes et violences programmées, Didier Lasserre est en tous sens un musicien rare (jusqu'à ses oeuvres souvent en tirage limité ou ses prestations solitaires avec une cymbale et un tambour) : un poète et un peintre (au propre et au figuré) de la batterie, gourmet des essences idiophones pour une musique qui est "l'inattendu et la révélation, fille de l'instant et de l'éternité" (Pierre Lemarchand) - Philippe Carles, Le nouveau dictionnaire du Jazz, collection Bouquins, éditions Robert Laffont, 2011.  

Emile Parisien Quartet

parisien-emile-4tet_dec2014_byf.ducommun-07 Le quartet d’Emile Parisien est certainement l’une des formations émergentes les plus excitantes du moment. Depuis 2004, ces jeunes musiciens étonnent par leur fougue et leur maturité. Leurs prestations remarquées, lors d’importants festivals (Willisau, Marciac, Paris Jazz Festival, Châteauvallon…) ont suscité l’intérêt du public comme de la critique, conquis par la complicité, l’engagement et l’énergie dont ils font preuve sur scène. « Avec eux, l’originalité ne se pare pas d’artifice, ni de bluff, mais surgit d’une exploration intense d’univers musicaux qui nous sont familiers: ceux de Coltrane et de Wayne Shorter, bien sûr, mais aussi ceux d’Hector Berlioz, d’Igor Stravinski ou d’Arnold Schoenberg. Si la relecture de cet héritage musical se révèle aussi passionnante, c’est d’abord par le sens de l’implication et la rigueur artistique inconditionnelle qui animent ces quatre musiciens. Chaque note, chaque mesure, est exécutée avec la force d’expression de ceux qui brûlent de nous transmettre la foi qui les anime. Ces instrumentistes parlent d’une seule voix, et jamais leur virtuosité de soliste, qui est pourtant époustouflante, ne vient distraire l’auditeur du cours émotionnel de compositions pour la plupart collectives. »                          Damien Bertrand  

 Forro Da Lua

- Aline RAMOS (chant/percu) -Michael Geyre (accordeon) - Fawzi Berger ( zabumba/chant) -Paulo Brito / percussions, chant Anthony Martin (basse,cavaquinho) aline forro da lua   Cet équipage franco-brésilien distille un Forró  " pé-de-serra " 100% pur jus! Il nous plonge dans la joie, la transe et l'énergie d'un autre Brésil, à travers les différents rythmes et danse du Nordeste  comme le xaxado, xote , baião, arrastapé, cirandas, maracatus. Depuis 6 ans le Forró da Lua  avec plus de 300 bals-concerts à son actif relève le défi en France comme au Brésil  d' entraîner des publics très differents dans une complicité immédiate et une envie irrésistible de danser  

Nicolas Nageotte

nicolas nageotte   Formé à la clarinette classique au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Jacques Di Donato, son parcours a emprunté depuis une dizaine d’années les chemins de traverse. Aux clarinettes (sib, basse, clarinette orientale), aux saxophones (alto, baryton), il multiplie les rencontres aux frontières des musiques classiques, des expressions contemporaines, de l’improvisation, des traditions orales. Actif comme musicien chambriste et soliste, en particulier dans les répertoires des XXème et XXIème siècles, il est également à l’origine de groupes comme : les Emeudroïdes (improvisation libre), Brahmâ (avec Jacques Di Donato à la batterie et Florent Pujuila à la guitare), ou encore Talawine (avec le musicien syrien Hassan Abd Alrahman au oud) et Oksit (musiques de Turquie revisitées, avec le joueur de kaval turc Ufuk Şimşek et la vielleuse et chanteuse Eléonore Fourniau). Depuis 2010, il se rend régulièrement à Istanbul, où il travaille la klarnet (clarinette turque), et le balaban (hautbois traditionnel). Nicolas Nageotte est titulaire du Certificat d’Aptitude de clarinette. Il enseigne au Conservatoire de Région de Chalon-sur-Saône, ainsi qu’à l’Académie de musiques de Villelongue-dels-Monts.  

Ibai Indart

 

L’ensemble COETUS

  VIDEO coetus_santiago_194 L’originalité réside dans la profusion d’instruments de percussion. Rares sont en effet les groupes musicaux regroupant dans leur orchestration un nombre aussi important de tambours et de tambourins en tout genre, du plus ancien au plus moderne, faisant du rythme l’essentiel du tissu musical. Jouant ensemble, ces instruments de percussion, manipulés habilement et avec beaucoup de talent par des artistes vivant intensément leur interprétation ; la salle résonne dans une ambiance et une atmosphère euphoriques. Le spectateur est pris par ces rythmes puissants et ne peut s’empêcher de s’extérioriser à son tour et de battre des mains. Ainsi, la force de cet ensemble Coetus réside dans cet harmonieux jeu des divers genres d’instruments de percussion, avec un accord parfait et une cohésion totale. Cependant, pour mieux refléter l’âme du patrimoine populaire, cet ensemble se complète par le chant et des figures chorégraphiques à l’ancienne. Ici, pour adapter cette musique traditionnelle aux sensibilités modernes, dea arrangements ont été opérés, rehaussés par la présence d’instruments de musique actuelle comme la clarinette et la guitare rythmique.  

SUAPARTAK Paxkal Indo

Producteur, musicien, artificier, auteur, compositeur. Concepteur de projets culturels, spécialité langue et culture basques Musiques traditionnelles (txalaparta, gaita, trikitixa, txistu...) Paxkal INDO 1  

Jean Christian Irigoyen

Joue des musiques de danse dès 17 ans dans les bals et les mariages , étudie les musiques improvisées , la musique traditionnelle . Musicien tout terrain , aimant le mélange des gens et des genres. » Accordéoniste bien connu dans le monde des musiques festives en pays basque, il est aussi un très fin accompagnateur et improvisateur à découvrir… un monde d’une audace surprenante.   jcirrigoyenC    

Dual Split + Félix Buff

10993120_915821608428349_2636602319445078345_n Dual Split est un duo de synth-pop formé à Brooklyn en 2010. Le groupe est composé de Maia et Baptiste Ibar, membres fondateurs respectifs de TEEN et HERE WE GO MAGIC. Ils jouent actuellement en trio avec Felix Buff, batteur prolifique et insatiable de la scène basque (willis drummond, Joseba Irazoki, Joseba B. Lenoir…). 1003659_330666957064598_2056275490_n  

Zanmari Baré

Vidéo

album_zanmarie2

Zanmari Baré est déjà quelqu’un à La Réunion, un chanteur adoubé par maître Danyèl (Waro), La filiation est évidente : le maloya de Zanmari Baré est pur et doux, tout acoustique, nuancé, minimal. Un limon instrumental et choral au service d’une voix aux modulations extraordinaires, légèrement voilée, tout en puissance effilée.  

BENGALIFÈRE

Bengalifère Trio est composé de 3 jeunes musiciens improvisateurs, Jordi CASSAGNE à la contrebasse, Matthieu LEBRUN aux saxs etJulen ACHIARY aux percussions et au chant. Leur site 1402230_orig À la manière des surréalistes,  Bengalifère cultive l'art du grand écart. Le trio mêle et démêle des atmosphères échevelées aux rythmiques afros. On pense à Mingus, bien sûr. S'arrêter là serait mal définir leur folklore imaginaire. Leur voyage vous emmène également dans les contrées intemporelles du baroque auxquelles viennent se frotter des aspirations toutes contemporaines. Depuis sa création en 2012, le projet évolue sous la forme d'une redécouverte des possibilités timbriques et musicales mises en jeu à chaque instant. Tout comme les improvisations, les compositions du groupe se dérivent en de multiples facettes. Matthieu Lebrun aux saxophones, Julen Achiary au chant et percussions et Jordi Cassagne à la contrebasse donnent naissance à une créature sonore bengaliférique qui ne cesse de se métamorphoser, à l'image peut-être des expériences artistiques de chacun, qui viennent ici s'entrechoquer, se combiner et se faire valoir mutuellement.    

 Erwan Keravec

ametsa-ekeravecdominiquejouvet Musicien traditionnel breton, Erwan Keravec est un sonneur de cornemuse écossaise au parcours très éclectique. Du bagad aux Niou Bardophones, du couple traditionnel avec Guénolé Keravec à l'improvisation libre avec Jean-Luc Cappozzo, Beñat Achiary, l’Arf et Camel Zékri, il compose et joue pour la danse contemporaine de Boris Charmatz, Daniel Linehan, Gaëlle Bourges, Cécile Borne... Il est dédicataire d'oeuvres deBernard Cavanna, Philippe Leroux, François Rossé, Benjamin de la Fuente, et Susumu Yoshida; il a aussi créé celles de Sébastien Béranger, Xavier Garcia, Zad Moultaka. Enfin, il mène Urban Pipes, projet présentant son travail d'improvisateur et de compositeur, mêlant solo et duo avec Beñat Achiary,    

Will Guthrie

will-guthrie-bw Batteur et percussionniste australien, Will Guthrie travaille dans différents styles et domaines musicaux : musique improvisée, expérimentale, jazz, rock, composition, électro-acoustique, etc. Tant dans son jeu que dans ses collaborations, il fait fi des catégories et pousse les frontières de nombreux styles musicaux pour proposer en solo ou formations une forme particulière tout en énergie et cohérence. Il a produit plusieurs disques en solo ainsi qu’avec d’autres artistes et a joué dans divers festivals ou scènes en Europe, Asie et Océanie.  

Trio Cocanha

Son

10407841_926143844086228_7199429046148991061_n    

Neptune Chapotin

La mémoire des peuples nomades de Sibérie, de Mongolie, mais aussi d’Asie sont dans les sons de la guimbarde. Neptune Chapotin les réveille avec une grande virtuosité. Neptune Chapotin

Meryl Marchetti

Cofondateur du mouvement transartistique activiste et occitaniste La Travarde, Méryl Marchetti a principalement travaillé à « retourner comme un gant » les genres littéraires. « Plus tu tiens ton lecteur pour intelligent, plus tu peux aller loin dans ton écriture. » Il a ainsi introduit des dispositifs d’ateliers d’écriture à l’intérieur du roman ou de la nouvelle, pour transformer l’acte lecture en acte d’écriture. Il s’est opposé à la tradition européenne du recueil en poésie, pour développer d’autres modes d’organisation des textes, fonctionnellement plus émancipateurs : les jeux-de-cuves. Par ailleurs un long travail de confrontation avec les artistes des musiques improvisées (Claude Parle, Matthieu Lebrun, Jacques Thollot, Uzeste Musical etc…) lui a permis de développer une pratique de l’improvisation poétique orale, où la buccalité du sens et la mise-en-corps du brouillon font entendre le texte comme processus. Meěryl 1    

Marc Lafaurie

Né en 1963 à Nice, il vit actuellement à Biarritz. Curieux de renouer avec ses racines basques, parallèlement à son engagement théâtral constant, il s’installe sur la Côte Basque pour étudier au Conservatoire de Bayonne les chants basques et les musiques traditionnelles. Lʼenseignement de Beñat Axiari tout en marquant ses retrouvailles avec sa culture, lui permet de ciseler sa voix, dʼouvrir et dʼaffiner bien dʼautres domaines créatifs : Jazz, improvisations vocales, chants dʼautres sphères géographiques, poésie contemporaine… Le triptyque fondamental de cet enseignement : ʻʻCorps-Souffle-Voixʼʼ amène Marc à pratiquer aussi la danse au «Laboratoire de recherche chorégraphique sans frontière» de Gaël Domenger au sein du Malandain Ballet Biarritz. Il enrichit son cursus au Conservatoire par un apprentissage en composition et musique électroacoustiques auprès de Patrick Defossez. A lʼissue de sept années dʼétudes il obtient, en Mai 2013, son double CEM -Chant Traditionnel et Musique Electroacoustique- en présentant durant 5 jours au Musée Basque de Bayonne sa création «Y a pas que la plage ! Mets 3 galets chauds dans le chocolat» ( intégrée à ʻʻLa Nuit des Muséesʼʼ et aux ʻʻJournées du Chocolatʼʼ). Il peut désormais, non seulement créer ses oeuvres -à part entière ou pour le théâtre- mais encore, mieux cibler les exigences techniques, musicales et acoustiques dʼune création et de sa représentation. A partir de là se font des rencontres ou des collaborations avec des artistes et des organismes, qui stimulent une créativité nouvelle dans des secteurs culturels très divers. Il fonde avec Pascale Fauveau et Marie Mas Pointereau la Cie Sed Etiam. Emmanuelle Troy des «Woody» à Bordeaux lui offre une flûte harmonique, en tube PVC ! En quelques mois de pratique avec Pascale, qui joue elle de plusieurs flûtes, Marc découvre une nouvelle vocation. Depuis, il a été invité, avec son étrange tube, à improviser avec des musiciens tels que «Zebda», Alain Larribet, Pierre Hossein, Michel Etchecopar. Dans ces rencontres il trouve souvent lʼouverture pour dire un de ses poèmes, galvanisant par le texte lʼimprovisation musicale.    

CAMEL ZEKRI

Compositeur improvisateur guitariste Son site
Témoin du temps présent Camel Zekri est un héritier et un passeur de l’art musical du XXIème siècle. Son œuvre se situe d’emblée entre vie et conscience, entre écrit et oralité, entre oubli et mémoire de l’oubli… Il aborde le grand thème historique post-colonial (Vénus Hottentote), l’identité et l’écologie (Festival de l’eau), la transe et la mémoire (Diwan), l’égalité (le Cercle), la modernité et tradition (Xem Nun), la voix des peuples autochtone (Ishango), le racisme (sous la peau). Héritier ! Il l’est de son grand-père Hamma Moussa maitre Gnawa du Diwan de Biskra en Algérie. Mais également du conservatoire où il étudie la guitare et l’harmonie à Paris. Du maître Gnawa, il retiendra l’idée de renaissance qu’offre la transe à chaque individu. Cette renaissance, il la saisie comme une chance (baraka), un idéal dans un monde ou tout se conçoit en opposition. Dans cet environnement, il se fraie un chemin de l’intérieur vers l’extérieur. Avec le conservatoire de musique et les études universitaires de musicologie, il affûte ces propres clés pour exprimer son intériorité Gnawa, constituée des trois mondes : Sidi Mimoun, Dyonisos et la conscience matrixielle. Celle-ci est l’espace intersubjectif de l’Autremère entre son Algérie et sa France. Elle est élément de transversalité, elle est un monde qui relie l’Afrique et l’Europe là ou prennent naissance chacune de ses créations. Des rencontres décisives parcourent sa formation, celle avec Cooper Moore, inventeur d'objets musicaux hors du commun, Barre Philips et Fred Frith. Avec ce dernier, musicien et compositeur expérimental anglais d'envergure internationale sur la scène avant-gardiste, il poursuit l'inventivité où, ensemble, ils osent des accords inédits. Intimement mis au carrefour des cultures, il s'engage pleinement à faire le lien entre la profondeur des musiques de traditions orales et la pulsation de notre temps. Avec le diwan de Biskra il mènera cette formation musicale mystique du sud algérien à travers le monde, tout en le déclinant sous différents modes musicaux, du slam au blues. La transversalité et la pluridisciplinarité innervent son travail et l'exemple le plus patent est la création du Festival de l'eau dans les années 90. Parcourant l'Afrique avec l'artiste et interprète Dominique Chevaucher, il relie son patrimoine familial, le diwan de Biskra, et son talent de compositeur contemporain au répertoire traditionnel pour la création de nouveaux dialogues musicaux. De cette transversalité naîtront des créations, des concerts, des ateliers pédagogiques de transmission interculturelle et une œuvre-concept, Le Cercle. De même, Xem Nun avec les trompes de Centrafrique l'ensemble Ongo-Brotto de Bambari, Ishango et La Lobaye avec les pygmées aka s'inscrivent dans ce mouvement.  
Camel-Zekri-photo-Pequin-_JPG_reference  

Alain Larribet

Multi-instrumentiste formé au CIAM (Bordeaux) en 1998,  chanteur, compositeur, fondateur de plusieurs groupes (BATUC’à’MUSES, PETIT BAL, PERCUSSIONS NOMADES…) et concepteur de spectacles, il se nourrit de ses voyages (Afrique de l’Ouest et Maghreb) et transmet dans toutes ses créations sa passion pour les Musiques du Monde et son goût pour l’échange. Il s’est formé avec différents professeurs, maîtres dans le genre : Mamadi Keita, Youval Micenmacher, Gert Kilian, Ravi Prasad, Beñat Achiary… Site internet 11034473_10203701397402361_7899377431149108782_o  

 Pascale Fauveau

Artiste chercheuse de sons, mots et gestes, porteurs de vie. Flûtes, chants, textes et danse. Née en 1959 à Paris, elle suit un itinéraire artistique adossé à une pratique de pédopsychiatre. Musicienne, elle apprend dès lʼenfance le piano, puis la flûte traversière au conservatoire régional de Rueil-Malmaison(92), ainsi que la danse classique. Dans les années 90, elle rencontre Dominique Schmitt, qui lʼinitie à la danse contemporaine, dans «lʼAtelier de la Danse» de Jacqueline Robinson (Paris 18ème). Elle y expérimente pendant dix ans,comme lʼavaient promu les pionniers de la danse contemporaine, un langage chorégraphique ouvert au corps «tel quʼil est», un travail corporel, sensible et créatif. Elle commence une recherche avec la voix dans la danse, et travaille le chant avec Gaëtan de Courrèges, Gemma Plandolit, puis Kozana Lucca (Roy Hart). Cʼest à Toulouse avec la rencontre du danseur Roland Paulin et de son «Ecole de la Pratique» quʼelle développe son travail dʼimprovisation en danse et voix. AvecSandrine Lopez, elle crée le duo «Voie de Femme». Elle se forme au clown-théâtre au «Bataclown»(Gers) entre 2006 et 2010. Vivant à Bayonne depuis 2010, elle est actrice dans la comédie «Un jour mon Prince» (Compagnie Les 3 Chemins) puis dans une adaptation du «Roi Lear» de Shakespeare (Compagnie Bedlam). Elle renoue avec ses talents de flûtiste grâce à Aude Guillevin. Elle approfondit sa pratique du chant avec Beñat Axiari, puis Hervé Hennequin. Elle crée avec Marc Lafaurie le duo «Sed Etiam». Elle participe à la création de nombreux spectacles et performances dont le dénominateur commun est la recherche dʼune expression sensible de lʼhumanité, dans nos traversées multiples, obscures comme lumineuses, mais toujours en quête de ce lieu mystérieux dʼoù peut surgir lʼaptitude à lʼamour : Présentations en danse-théâtre de 1993 à 96 à lʼatelier de la danse deJacqueline Robinson Paris avec Dominique Schmitt. Performances au local Alfred de Musset à Toulouse (duos et trio danse et voix) avec Roland Paulin, et Sandrine Lopez (Compagnie lʼOrchidée) Spectacles du duo «Voie de femme» (Compagnie Une Histoire) Castelginest, Le Couvent dʼ Auzit, Café Burgaud, etc… Lectures et improvisations chantées ou flûtées depuis 2011, en Pays Basque avec Marc Lafaurie, Mylène Charrier, Fabien Nogué, Marc Rolland, Itxaro Borda, Chris Martineau et bien dʼautres … Pascale(2)  

Yöko Takeda(violon et chant), Ludovic B.A (guitare et chant)

  11412352_914232921967073_5367879818192746085_n  

Mohammed Boujalal

 MOHAMED BOUJALAL Merveilleux joueur de oud  

 Conférences : 

Raoul Sangla, cinéaste, homme de télévision, journaliste   René Trusses, inventeur du « Mai du livre » à Tarbes   Juan Cruz Igerabide de la chaire Mikel Laboa de l’Université du Pays Basque à St Sébastien, poète et membre de la revue Hau. Juan Kruz     Yan Beigbeder, du festival « A voix haute » de Bagnères de Bigorre et de l’association « Einstein on the beach »   Juan Gorostidi, écrivain, journaliste, professeur de Tai-Chi à St Sébastien JuanG Ibai Etxezarraga, association Tximini de Bilbao   ibai